1. Introduction

solacce

L’installation d’un système d’exploitation Microsoft est souvent vu comme une suite d’écran d’assistant où la seule action utilisateur est le bouton “Suivant”. Mais ce que l’on oublie souvent ce sont les actions que l’on réalise ensuite et pourtant qu’on considère comme ne faisant pas partie de cette installation. Ces actions supplémentaires comprennent:
– L’installation de pilotes de périphériques
– L’installation d’application supplémentaires (comme par exemple Micrsoft Office)
– La configuration de paramétres du systèmes (Nom de l’ordinateur, Nom de domaine, Etc.)

Microsoft a depuis longtemps mis en place des solutions permettant d’automatiser ces différents processus à travers des solutions comme les fichiers de réponse (unattend) ou encore les systèmes de préparation du système (sysprep). Ces solutions étaient plus orientées vers la configuration du système d’exploitation et non les ajouts supplémentaires.
Souvent, les entreprises ont mis en place des systèmes “maisons” pour ces configurations supplémentaires avec plus ou moins de succès. Le plus gros problème vient du fait qu’il n’y avait aucun standardisation dans ces solutions, ce qui avait souvent comme effet qu’une personne reprenant ces solutions devait les refaire complètement pour les adapter à des nouveaux systèmes par exemple.

Microsoft a décidé de mettre en place des solutions standardisées pour réaliser ces différentes actions. C’est à partir de là que les projets Solutions Accelerators sont arrivés. Parmi les projets, les plus connus sont les systèmes Zero Touch Installation et Lite Touch Installation. Microsoft mets plutot l’accent sur le premier (car permettant de vendre des licenses SMS 2003/SCCM 2007), alors qu’ici les articles sur MDT se concentrent plus sur le second.

Ce premier article a pour but de vous permettre de démarrer tranquillement sur MDT, nous allons juste vous montrer comment installer les différents éléments ainsi que réaliser votre premier média contenant votre système d’exploitation, vos applications ainsi que l’implémentation de tout pilote supplémentaire. Toutes les parties plus avancées comme le paramétrage seront abordées dans des articles ultérieurs.

Comme Windows 7 arrive à grand pas, nous allons utiliser MDT 2010 qui est obligatoire pour la gestion de ce système d’explotation. Malheuresement, la version finale n’étant pas disponible au moment de l’écriture de ces lignes (annoncée pour Septembre 2009), nous avons réalisés les tests avec la version RC de MDT 2010.

2. Installation

Dans cette partie nous allons simplement vous montrer les différentes étapes d’installation de MDT 2010.

2.1 Pré Requis

MDT se base sur beaucoup d’outil pour fonctionner. Mais pour une utilisation simple il y a peu de pré requis:

– Pack WAIK, MDT 2010 utilise les différents éléments du WAIK (Windows Automated Installation Kit), ce kit contient tous les éléments permettant de générer une image WinPe (Windows Pre installation Environment). Il est disponible sous la forme d’une image ISO d’installation contenant tout le nécessaire et les pré requis à l’installation du WAIK comme MSXML. La version compatible avec Windows 7 (et les anciennes versions de Windows) est téléchargeable sur le site de Microsoft. Nous vous conseillons de télécharger la version française du kit pour vous simplifier l’utilisation du clavier azerty.
– Microsoft Powershell, une des nouveautés de MDT 2010 est qu’il utilise PowerShell. Celui est installable directement depuis le système d’exploitation (Windows Vista ou ultérieur) ou bien en téléchargement.

Bien sûr à cela s’ajoute les source de MDT 2010, quand celui ci sera disponible en RTM, il sera téléchargeable sur la page de MDT. Pour ceux souhaiteant utilisé la version RC, il est nécessaire de s’inscrire sur le site connect du beta test de MDT 2010 pour la téléchargée.

Muni de ces pré requis, vous pouvez démarrer l’instalaltion de MDT 2010.

Un dernier mot, malgré ce que pensent certains, il n’est en aucun cas nécessaire d’installer MDT sur un système d’exploitation de type serveur. En effet, il suffit à MDT d’être installé sur un système autorisant le partage de fichiers, ce qui est possible sur n’importe quel Windows.

2.2 Installation

Avant l’installation de MDT 2010, l’installation du pack WAIK est très simple, il suffit de lancer son installation depuis l’iso (soit en extrayant le contenu et en lancant son fichier d’installation, soit en montant/gravant le fichier ISO).
La seule option d’installation du WAIK est simplement le choix de l’emplacement d’installation.

 img7

Il suffit ensuite de lancer l’installation de MDt 2010, et comme pour le WAIK, vous avez assez peu de choix

img6

Après cette installation, votre ordinateur est prêt pour démarrer la configuration de MDT 2010.

2.3 Création du répertoire de distribution

En effet, vous n’avez en fait qu’installé les moteurs de script utilisé par MDT; Tout MDt se base en fait sur un répertoire partagé qui sera accédé depuis votre ordinateur. Ce répertoire est appelé Partage de Distribution (Distribution Share). Ce répertoire contiendra les différents éléments utilisé par votre installation comme le système d’exploitation à installer ou encore les applications par exemple.

Pour générer votre partage de distribution, il faut d’abord lancer la console MDT. Celle ci est accessible depuis le menu démarré dans le répertoire Microsoft Deployment Toolkit, il suffit ensuite de lancer Deployment Workbench.

img7

Pour créer votre partage, il suffit de sélectionner Deployment Share puis dans le cartouche droit cliquer sur le lien New Deployment Share.

img8

Sélectionnez un chemin pour l’emplacement, ce chemin doit impérativement être vide (Mais il doit exister!). De plus, il est fortement conseillé de le mettre sur une partition différente de celle du système, ce qui vous permettra de la déplacer plus facilement si il s’avère que le partage devienne trop important. Dans le reste de cet article, nous considérons que le partage est situé sur le chemin D:\DeploymentShare.

img9

Il est fortement conseillé d’utiliser un nom de dployment caché pour limiter les risques de sécurité, ici nous utiliserons le nom de partage DeploymentShare$.

imga

Le nom de description est surtout utilisé pour vous si vous commencez à utiliser plusieurs partage de déploiement (ce qui n’est pas l’objet de cet article).

imgb

Les étapes suivantes concerne les question posé par le programme au moment de l’installation via MDT. Comme ici, notre but est de réaliser une première version d’installation intégré, il n’est pas nécessaire de demander à l’utilisateur si il désire réaliser une capture de son ordinateur.

imgc

L’option suivante vous permet de demander à l’utilisateur de choisir le mot de passe du compte administrateur. Dans notre cas, nous allons le demander de façon systématique pour permettre une personnalisation minimale. Pour rappel, dans une installation par défaut de Windows Vista/7 le mot de passe administrateur est vide. En revanche, ce compte est désactivé par défaut (il est actif seulement en mode sans échec).
Dans le cas de l’utilisation de MDT, ce compte administrateur sera Activé à l’installation (pour permettre les actions en post installation comme les installations d’applications).

imge

Lea dernière option est celle où vous demandé la clé de produit, il faut activer cette option si vous ne prévoyez pas d’intégrer un numéro de série à votre installation. Le plus souvent, vous intégrerez le numéro de série dans les cas où vous serez dans une installation de type KMS/MAK (système de license en volume) ou une installation unique pour vous. Ici nous activerons cette option.

imgf

Ensuite, la création du Partage de Distribtuion sera réalisée.

img11

Vous avez réalisé la première étape de configuration de MDT, il faut ensuite remplir le partage avec vos éléments.

Si vous allez directement dans le répertoire correspondant (i.e. D:\DeploymentShare) vous pouvez voir des répertoires qui ont été créé

img12

Ces répertoires contiennent les informations suivantes:

$OEM$: Ce répertoire est utilisé pour certaines installation sans assistance (unattended), concernant les anciens systèmes d’exploitations (Windows XP/2003 par exemple)
Applications: Ce répertoire contiendra les sources des installations des applications que vous ajouterez à votre installation.
Boot: Ce répertoire contient les images WIM et ISO WinPE de démarrage, c’est ici qu’il faudra récupérer le CD de démarrage permettant d’accéder au partage depuis le poste à installer
Captures: Ce répertoire est autorisé en écriture et recevra les captures effectuée par MDT (ce sujet sera abordé dans un article ultérieur)
Control: Ce répertoire contient tous les fichiers de configuration utilisé pour personnalisé votre installation, c’est principalement un ensemble de fichier XM (d’où la nécessité d’avoir MSXML installé sur le poste)
Operating Systems: Il contient toutes les sources d’installation des systèmes d’exploitations que vous aurez ajouté à MDT.
Out-of-Box Drivers: A l’intérieur de ce répertoires sont copié tous les pilotes ajouté à MDT et utilisé par votre installation.
Packages: Ce répertoire est utilisé pour stocké les patchs de sécurité et les packs de langues que vous aurez ajouté dans MDT.
Scripts: Ce répertoire est le “noyau” d’exécution de MDT, il contient tous les scripts exécuté lors du déploiement.
Tools: Ce répertoire contient les outils supplémentaire (comme USMT) ajouté à MDT.
USMT: Ce répertoire n’a pas d’utilité dans notre cas. Il est utilisé pour gérer USMT (User State Migration Tool) qui permet la conservation d’une partie ou de tout les paramètres utilisateur. Comme nous sommes en train de réaliser une installation de Windows, notre cas ne s’applique pas.

 

3. Configuration

Nous allons maintenant ajouter les différents éléments nécessaire à notre installation.
Notre but ici est de réaliser une installation automatisé composée de:
– Windows 7 dans sa version 64bits en version Anglaise
– Pack de Langue de Windows 7
– Ajout de pilotes
– Pilotes graphique ATI/AMD
– Pilotes de Chipset Intel
– Carte Son Realtek (carte son souvent intégrée à une carte mère)
– Installation d’Office 2007 Fr

Nous restons sur de la base pour réaliser rapidement une installation et voir ainsi les différentes étapes de création d’un déploiement MDT.
Toutes ces options se réalisent depuis la console Deployment Workbench.

3.1 Ajout d’un système d’exploitation

Nous allons d’abord intégré notre système d’exploitation. Pour ce faire nous insérons le DVD d’installation de Windows 7 x64, puis dans la console, nous allons vers Deployment Shares\MDT Deployment Share\Operating Systems, puis dans cliquez sur le lien à droit Import Operating System.

img15

Dans l’assistance, vous avez trois choix:
Full set of source files: Cette option est utilisé pour l’ajout d’un CD/DVD d’installation standard (i.e. celui de Microsoft) de Windows, il gère toutes les versions de Windows (Serveur comme station de travail) depuis Windows XP (je n’ai jamais testé Windows 200 mais il est possible que cela fonctionne). C’est l’option que nous utiliserons ici.
Custom image file: Cette option est utilisée si vous avez réaliser une image WIM sysprepée (c’est important) d’un poste que vous utiliserez en tant que Master.
Windows Deployment Services images: Cette option est utilisée si vous souhaitez héberger vos images sur un serveur WDS (Windows Deployment Service). Ces images peuvent être des captures WDS.

img16

Vous sélectionnez l’emplacement contenant votre installation de Windows (Ici notre lecteur de DVD), cette page est différente suivant les options que vous avez sélectionné précédemment.

img17

MDT analyse ensuite le DVD pour vous proposer un nom de répertoire qui contiendra votre installation. Dans la version 2010, la nom proposé est un peu mieux géré, précédemment il avait tendance à ne me pas inclue de nom de l’architecture (x64 ici) mais il lui manque encore la langue de l’installation. Attention, il est impératif de faire très attention au nom que vous utiliserez ici, car il sera très difficile de le modifier ensuite, étant donné qu’un grand nombre de pramétrage dépendront de celui ci. Nous utiliserons ici le nom Windows 7 x64 US.

img19

Après confirmation, le système lancera la copie de votre DVD dans le répertoire.

img1a

Nous ainsi ajouté l’installation de Windows 7 à notre partage MDT. Celui ci apparait d’ailleurs dans la console. Comme vous le savez, un DVD d’installation de Windows contient plusieurs versions de celui-ci, chacune d’elle est indexée et indiqué sur la console Deployment Workbench. On peux voir ici toutes les version de Windows 7 (à l’exception, bien sûr, de la version Enterprise qui est toujours séparée)

img1b

3.2 Ajout de pilotes

Un des premiers avantages de MDT par rapport à d’autres outils est sa gestion des pilotes. En effet, comme beaucoup vous pouvez ajouter des pilotes à votre installation. Mais là où avec d’autres outils il faut faire attention à éviter de mélenager plusieurs version d’un même pilote ou bien éviter de mettre trop de pilotes de périphériques différents pour éviter d’avoir un répertoire de pilotes sur votre postes monstrueux, les processus utilisé par MDT limite ses problèmes en n’installant que les pilotes nécessaires.
En effet, au moment de l’installation, MDT va réaliser seul une énumération des périphériques sur le poste de travail et ne vas copier sur celui ci que les pilotes correspondant à des périphériques existants sur le poste (ce qui limite la place occupé par le répertoire de pilotes). Ensuite, si il y a plusieurs versions de ces pilotes, l’installation de Windows en elle même fera la part de chose pour n’installer que le pilote le plus récent.

Pour réaliser l’intégration des pilotes dans MDT, il nécessaire d’avoir les version extraites des pilotes, c’est à dire un répertoire contenant les fichier de configuration des pilotes (fichiers .inf) et les fichiers de pilotes associée (fichiers .sys, .exe, etc.). Dans notre cas ici, nous devons procéder différemment pour chacun de nos pilotes:
– Pilotes de cartes graphique ATI/AMD (Catalyst): il faut lancer l’installation du pilote pour avoir accès au fichier extrait dans le répertoire C:\ATI. Nous allons copier le contenu de ce répertoire dans un répertoire nommé D:\Drivers.
– Pilotes de Chipset Intel: Ici, ils se présentent sous la forme d’un fichier installeur exécutable. Pour connaitre les options il est possible d’utiliser la comme <Fichier.exe> -? pour les connaître. Ce qui nous permet dans le cas de ces pilotes d’utiliser la commande <Fichier.exe> -a -p D:\Drivers\Intel.
– Pilotes de carte son Realtek: Avec ces pilotes, nous avons un peu plus de chances dans le sens où c’est un fichier exécutable, mais de type archive (c’est un fichier compressé de type zip ou autre exécutable). Il suffit de l’ouvrir avec un outil comme 7-zip pour l’extraire dans notre répertoire de pilote dans le chemin D:\Drivers\Realtek SoundCard.

Après ces étapes, nous nous retrouvons avec un répertoires D:\Drivers comme suit:

img1c

Pour ensuite ajouter les pilotes, il suffit d’aller dans la console pouis dans la partie Out-of-Box Drivers, puis cliquer sur le lien Import Drivers.

img1d

Vous choisissez ensuite votre répertoire de pilotes (ici D:\Drivers), comme vous pouvez le voir le script ira chercher les pilotes dans tous les sous répertoires, il n’est pas nécessaire de choisir vos répertoire de pilotes un par un. Donc une façon “rapide” d’ajouter vos pilotes est de tous les mettre dans un coin puis de tous les ajouter d’un coup. Comme vous pouvez vous en douter avec l’option Import drivers even if they are duplicates of an existing driver, MDT supprimera lui même tout doublon.

img1e

C’est la seule option, MDT se débrouillera ensuite seul. Après l’importation vous pouvez voir sur la console la liste de tous les pilotes qui ont été récupéré sur les fichiers de configuration des pilotes (les fichiers .inf). C’est pour cela que l’on a une longue liste alors que nous n’avions ajouter que trois pilotes.

img1f

Attention: Il est impératif d’ajouter en plus (à moins que vous ne l’ayez prévu) les pilotes réseau et de controleur disques pour Windows 7 (32 bits et 64 bits) car ceux ci seront utiliser dans le système d’installation. C’est obligatoire même si vous prévoyez de d’installer Windows XP par exemple.

3.3 Ajout de mise à jour

Nous allons ensuite ajouter nos pacages supplémentaires, ces packages peuvent être des patchs de sécurité (au format .msu) ou bien des packs de langues (sous la forme de fichiers .cab).
Pour l’ajout du language pack français, vous devez avoir à disposition le répertoire contenant le fichier .cab de celui ci (dans notre cas avec le DVD des language pack de Windows 7 x64) et ensuite sélectionnez le répertoire Packages puis cliquez sur Import OS Packages.

img20

Sélectionnez la langue française.

img21

MDT va ensuite copier les fichiers nécessaire.

img22

Après la copie, vous pouvez voir pack de langue dans la console

img23

3.4 Ajout d’application

Nous avons maintenant une installation de Windows 7 x64 en langue Anglaise et Française avec la détection des pilotes principaux. Maintenant nous allons nous occuper de la post installation de Windows. Dans notre cas, nous allons ajouter l’installation de l’application Microsoft Office 2007.

Nous nous dirigeons dans le répertoire Applications, sauf qu’au lieu d’ajouter directement l’application nous allons créer un répertoire pour ranger nos applications. C’est vrai qu’ici on n’en voit pas l’intérêt, mais en entreprise les applications sont de plus en plus en grand nombre et mettre en place un rangement dès le début pourra limiter le risque d’être perdu. Nous cliquons donc sur le lien New Folder.

img24

Nous créons maintenant le répertoire Microsoft Office.

img25

On sélectionne maintenant notre sous répertoire Microsoft Office puis on clique sur le lien New Application.

img27

Vous pouvez ensuite choisir votre type d’installation:
Application with source files: C’est l’option la plus utilisée, elle créras une applications, avec un sous répertoire dans applications. Il va ensuite copier tout les contenu du répertoire à l’intérieur. C’est l’option que nous choisissons ici.
Application without source files or elsewhere on the network: Cette option ne crééra pas de sous répertoire, mais générera un enregistrement sur la console. Celle ci peut être utilisé pour lancer une installation différente d’une application déjà copié ou bien lancer une installation depuis un autre emplacement sur le réseau (voire même un répertoire local de l’ordinateur à installer).
Application bundle: Cela créé seulement un enregistrement dans la console. Le bundle est utiliser pour installer dans application liée entre dans un ordre donné. Il est très util si dans certaines étapes d’installation il est nécessaire de redémarrer le poste. Par exemple, comme souvent, il pourrait être créé un application bundle nommé Internet Explorer 9 (quand il sortira… )qui lancera dans l’ordre:
– L’installation d’Internet Explorer 9 avec un redémmarrage
– Installation des différents patchs de sécurité d’IE9
– Installation du language Pack d’IE 9 (n’oubliez pas que l’on réalise une installation bi lingue ici)

img28

L’étape suivante concerne les détails de l’application, il est conseillé de remplir le plus d’information possible pour pouvoir ensuite plus facilement différencié vos installations.

img2c

Comme pour les étapes précédentes, vous indiquez le chemin vers votre application (cette étape n’apparait que si vous avez choisi l’option application with source files), nous choississons ici le DVD d’office 2007 Enterprise FR (à vos de voir où vous avez mis votre application).

img2d

C’est ici que vous indiquez le nom du répoertoire (comme pour l’OS, il faut faire très attention à ce nom car difficile à modifier ensuite). Par défaut le nom indiqué est en fonction des détails que vous avez indiqué. Comme dans mon cas j’utilise le DVD d’Office 2007 Enterprise FR, j’ai modifié le nom par Microsoft Office 2007 Enterprise. En effet, MDT ne s’ennuie pas, on lui indique un répertoire source, il va donc copier la TOTALITE de son contenu. Ce qui veux dire, dans mon cas, la copie de 2 Go de donné (car c’est le DVD d’Office Enterprise workstation ET server). Ici je l’ai fait sciemment pour pouvoir réutiliser ce répertoire dans d’autres articles (sur la personnalisation de l’installation d’Office 2007).

img30

L’étape suivante est extremment importante. Elle définit la ligne de commande qui sera utilisée pour lancer l’installation de votre application. Si vous n’y faite pas attention cette commande va lancer l’installation tout en demandant des actions utilisateur. Or nous souhaitons que les actions utilisateurs soient réduites au minimum, ou au moins qu’elles soient tous demandées au même moment, c’est à dire au début de l’installation (philosophie de Ms depuis Windows Vista). Dans le cas d’office 2007 l’installation se lance avec l’exécution du fichier exécutable setup.exe. Dans le cas d’Office 2007, pour réaliser une installation sans assistance, il sera nécessaire de réaliser dans actions ultérieures.

img32

MDT va ensuite copier tout les contenu du répertoire (dans notre cas 2,5 Go). Une belle novueau tés de MDT 2010 est que l’on a maintenant une barre de progression sur les copie, chose qui manquait vraiment quand on réalisait une copie assez importante.

img33

Après la copie la console MDT affichera notre nouvelle application. Pour diminuer les interventions utilisateurs (assez important dans le cas d’une installation Enterprise), MDT reconnait automatiquement une installation d’office et donne accès à des informations supplémentaires par rapport à d’autres applications. Sélectionnez l’application Microsoft Office 2007 Standard, cliquez avec le bouton droit puis sélectionnez Properties.

img35

Par rapport à d’autres applications, un onglet Office products est disponible. C’est ici que l’on sélectionnera les réponses à l’installation.

img37

Par défaut le setup d’office posera toute les questions standard, nous allons donc choisir les options suivantes:
Office 2007 product to install: C’est ici que l’on sélectionne les sous version d’office 2007 (comme pour Windows 7 on peux inclure plusieurs versions dans un répertoire d’installation). Nous avions choisit de nommer notre application Microsoft Office 2007 Standard, nous sélectionnons donc l’option Standard.
Product Key: C’est ici que l’on indique le numéro de série à utiliser. Dans notre cas, c’est à chaque utilisateur d’indiquer son propre numéro de série, nous ne sélectionnons donc pas cette option, ce qui veux dire que l’installation demandera le numéro de série à l’installation d’Office. Ce numéro de série apprait en clair dans les fichiers de configuration contenu dans les répertoires de MDT.
Customer Name: On indique ici le nom d’utilisateur.
Display level: Vous indiquez ic le niveau d’affichage de l’installation
– None: l’installateur n’affichera rien
– Basic: Affichera une simple fenêtre avec une progression. C’est l’option que l’on choisit.
– Full: Affichera toute les fenêtres d’installation. Attention, dans le cas d’un installation sur un psote très lent, il est possible que le numéro de série s’affiche
Cache only: C’est un type spécifique d’installation où office n’est pas installé mais seuls les fichiers d’installation sont copié. Cette option peut être utilisée si l’on souhaite utiliser ces sources avec   une installation d’une autre application
– Always suppress reboot: Empêche l’installeur de redémarrer le poste. Attention, si vous avez des applications qui veulent redémarrer il est IMPERATIF de ne pas les laisser le faire et de laisser seulement MDT gérer les reboot. MDT gère plutot bien les reboot intempestifs, mais c’est fortement déconseillé.

img38

Ainsi vous avez terminer la création de vos sources d’installation.

4. Génération de l’installation

Maintenant que nous avons ajouter toute notre matière première, il faut mettre tout ça dans l’ordre pour lancer l’installation. Nous allons voir ainsi ce qu’est une séquence de tâches ainsi que la génération des différents media que l’on utilisera dans notre installation.

4.1 Création d’une séquence de tâches

Pour mettre en place les différentes étapes de l’installation il est nécessaire de créer une séquence de tâches. MDT fournit des séquence de tâches pré remplie qui possède la plupart des options nécessaire à l’installation de votre système et les applications associées. Pour générer votre séquence, il vous suffit d’aller dans le répertoire  Task Sequences pour cliquez sur le lien New Task Sequence.

img3b

Dans les paramétrage standard vous indiquez un identifiant à votre séquence de tache. Vous pouvez indiqué ce que vous voudrez, mais je vous invite FORTEMENT a réliser une règle de nommage sur ceux ci.

img3d

Ici vous choisirez votre modèle d’installation, ici nous choisirons l’option de base qui est Standard Client Task Sequence.

img3e

Ici vous choisissez le système d’exploitation à installer avec cette séquence de tâches. Cela veux donc dire que pour chaque système d’exploitation différent que vous souhaitez installer vous devrez créer un séquence de tâches. Ce qui veux aussi dire que le nom de votre séquence de devrait aussi avoir un lien avec ce même système d’exploitation.

img40

On choisit ensuite l’intégration ou non du numéro de série dans votre installation. Ici nous n’en spécifions pas car dans l’article on considère que ce sera à chaque utilisateur d’indiquer son numéro de série.

 img41

Ici vous indiquez les informations d’identification ainsi que la page de démarrage d’Internet Explorer (pour info nous n’avons pas pu faire de test avec la version “E” de Windows 7)

img42

A la création du partage on a décider de demander à chaque utilisateur le mot de passe administrateur, on désactive donc cette demande dans la séquence de tâches.

img43

Après ces différentes options votre séquence de tâches est créé.

img44

Comme pour le reste cette séquence apparait dans la console de MDT. Cette séquence se basant sur un modèle il peut être nécessaire de modifier certaines options. Les détails seront exploré dans un autre article. En revanche, nous allons quand même modifier une option qui est la création des partitions. Par défaut, MDT va supprimer toutes les partitions du disque principal puis créer une seule partition en NTFS sur la totalité disque. Pour éditer la séquence de tâches, il suffit de double cliquer sur celle ci.

img45

Les détails de la séquence de tâches sont disponibles dans l’onglet Task Sequence. Nous allons créer une partition Système de 80 Go, et une partition DATA sur le reste du disque. Pour ce faire dirigez vous vers PreInstall\New Computer Only\Format and Partition Disk. Sélectionnez le Volume OSdisk puis cliquez sur la croix pour supprimer cette création de partition. Ensuite créer sur la petite étoile jaune (je n’ai pas trouvé d’autres termes, désolé…).

img46

Nous allons la nommer Système, lui donner la taille de 80 GB. Il est impératif de la rendre bootable (Make this a boot partition) car elle recevra le système (par défaut MDT installera l’OS sur la première partition du disque). Nous choissisons ensuite de faire un formatage rapide en NTFS (Quick format). On réitère l’option ensuite cette fois en créant une partition:
– Nommée DATA
– Utilise 100% de l’espace disque libre: Pour rappel les création de partition sont séquentiel, ce qui veux dire que l’espace disque disponible est celui qui est libre APRES la création des partitions précédentes
– Bien un formatage rapide en NTFS

img48

Après la création de vos partitions, votre tâche devrait ressembler à ceci:

img49

Votre séquence de tâches est créé. Il faut maintenant mettre tout ça dans une installation.

4.2 Génération de l’installation réseau

Par défaut, votre partage de déploiement est configuré pour réaliser une installation. Ce qui veux dire que MDT génére une image (format WIM et ISO) ne contenant que les fichiers minimum nécessaire pour installer une pile réseau pour accéder au partage pour lancer ensuite les différentes installations. Ici cela veux dire un fichier WinPE dans lequel sont implémenté les pilotes réseaux (pour l’accès) ainsi que les pilotes de disques (il faut bien reconnaitre les disques locaux pour installer le système).

Pour le générer, il suffit de faire un clic droit sur votre partage de déploiement puis de cliquer sur Update Deployment Share.

img4a

Ici vous choisissez vos options de génération de l’image de démarrage. Nous vous invitons à sélectionnez l’option Optimize the boot image updating process plutot que l’autre pour gagner du temps. L’option de compression peut être utile si vous prévoyez de déployer vos installations sur des système avec peu de mémoire (i.e. moins de 512 Mo).

img4b

Ensuite Vos ficheirs d’installation sont créé. En fonction du nombre de pilotes à ajouter, cette partie peut être longue. Par défaut, une image WIM et une image ISO sera créer pour chaque architecture (32bits puis 64bits).

img4c

Comme vu précédemment, il vous suffit d’aller dans le sous répertoire D:\DeploymentShare\Boot pour récupérer vos fichiers images. Les noms de fichiers sont assez explicites, les fichiers ISO seront utilisés pour la génération de CD de lancement et les fichiers WIM pourront être utilisé comme images de démarrage sur un serveur WDS. Vous pouvez aussi ouvrir le fichier ISO et copier son contenu à la racine d’une clé USB bootable (je vous laisse trouver comment faire un clé USB de boot pour Windows Vista et ultérieure).

img4f

4.3 Génération d’un media d’installation (DVD, USB, etc. )

Ces différentes images sont utilisée pour démarré sur un système WinPE monter le réseau et installer votre système. MDT permet aussi la création d’une installation de type MEDIA. Celle-ci n’a pas besoin d’accès réseau pour s’installer, elle a tous les fichiers nécessaire contenu sur le média, qui peux aller d’un simple CD, ce qui est plutot difficile avec les OS actuel à un disque Blu-ray (on peut mettre beaucoup de chose sur 25Go).

Pour générer un média, dirigez vous vers Advanced Configuration\Media puis cliquez sur le lien New Media.

img50

Nous allons créer un media dans un nouveau répertoire nommé D:\Media.

img52

Cet assistant ne créé que l’enregistrement dans la configuration de MDT, puis les répertoire nécessaire. Il ne créé pas le media en lui même. Pour cela, il suffit de sélectionner votre media dans la console, de faire un clic droit puis de sélectionner l’option Update Media Content

img53

Ce processus va créer une image WIM puis ISO pour chacune des architecture contenant tout les nécessaire. ce qui veux dire dans notre cas des fichiers très gros, ce qui reste d’être très long.

img54

Les différents fichiers images seront ensuite disponible dans le répertoire D:\Media.

img60

Le répertoire Content possède le conteu du fichier ISO. L’iso contient les installation 32 et 64bits (une autre nouveautés de MDT 2010).

5. Installation

Maintenant que tout est prêt, il suffit d’insérer votre CD/DVD gravé avec le fichier ISO (ou monter le si vous utilisez des machines virtuelles), ou bien lancer une installation réseau si vous utilisez WDS.

img55

Vous arrivez ensuite sur l’assistant d’installation MDT. Pensez à mettre le clavier qu’il faut (French dans notre cas), puis cliquez sur Run the Deployment Wizard…

img58

Juste ensuite, vous arrivez sur une fenêtre vous demandant de vous identifier, cette fenêtre ne s’affiche que dans le cas de l’installation réseau. Ces informations ne sont utilisée que pour accéder au partage de déploiement. Même si vous n’êtes pas dans un domaine, il est obligatoire de remplir la partie Domain. Dans le cas d’un workgroup, il suffit d’indiquer le nom du serveur qui contient votre partage de déploiement.

img59

Vous choisissez ensuite la séquence de tâches à utilisé (nous n’en avons créé qu’une seule).

img5a

Comme prévu on vous demande la clé de Windows 7. Si vous ne mettez pas de numéro de série, Windows 7 vous en demandera un au premier démarrant (si vous n’en mettez pas un à ce moment là vous basculerez en version d’évaluation).

img5b

Vous définissez le nom assigné à l’ordinateur

img5c

L’assignation à un domaine ou un groupe de travail.

img5d

On commence sur les assistants inutile. Ici la restauration des paramètres utilisateurs (dans le cas où vous utilisez USMT).

img5e

Nous choisissons ensuite les packages à installer. Nous avons prévu une installation bilingue, on sélectionne donc le language pack Français.

img5f

C’est ici que vous choisissez le language par défaut du système d’exploitation ainsi que les paramètres régionaux et clavier.

img61

Choix du fuseau horaire

img62

Les applicatiopns à installer, donc Office 2007.

img63

Le mot de passe administrateur.

img64

MDT gère même l’implémentation de Bitlocker, il vous pose donc la question le concernant (même si vous installer XP/2003! alors qu’ils ne sont pas compatible).

img65

Et dans la dernière page, vous avez un résumé de toutes les options choisies. Il suffit de cliquer sur Begin pour lancer l’installation.

img66

MDT utilisera une fenêtre de suivi de ce type pendant toute l’installation. L’indication Running action indique le nom de tâche qu’il est en train d’exécuter dans la séquence de tâche.

img67

Le but de MDT est de poser toutes les questions utilisateurs au début de l’installation, ce qui lui permet ainsi de rester devant l’ordinateur seulement au début puis ensuite de pouvoir aller autre part (boire un café, démarrer l’installation sur un autre ordinateur) plutot que de perde son temps à rester devant le PC pour finir l’installation.
Le problème dans notre installation est que nous n’avons pas indiqué de numéro de série pour Office 2007, ce qui veux dire qu’il sera demandé en plein milieu de l’installation pour qu’elle se termine.

img69

Quand l’installation est terminé, une page de résumé s’affiche pour valider cette installation.

img6a

6. Conclusion

Vous avez vus le début d’installation de MDT 2010 et la création de votre premier média d’installation. Ainsi vous pourrez créer un système de déploiement de base pour la gestion de configuration multiple ou bien avec des options de configuration multiple. MDT peut être un outil très puissant entre les bonnes mains, mais aussi une véritable usine à gaz entre les mauvaises (souvent venant de gens partant bille en tête sans réflchir un minimum en amont).

6.1 La suite

Je réaliserais d’autres articles sur MDT 2010 pour aborder d’autres points comme:

– Fichier de réponse MDT (Comment diminuer toutes ces fenêtres au démarrage)
– Automatisation de l’installation d’Office 2007 (et un peu d’Office 2010)
– Utilisation des captures
– Processus d’utilisation de Master (pour accélérer l’installation)
– Génération d’image uniques contenant plusieurs OS (par exemple une ISO contenant Windows 7 32 et 64bits avec pourquoi pas du Vista)
– Utilisation avancé de Séquences de Tâches
– Intégration avec WDS et SCCM 2007
– Utilisation de partage de déploiement multiple
– Création de pages d’assistant supplémentaires
– Utilisation de la base de données MDT
– Gestion d’USMT (même si j’aime pas ça…)
– Installation de Windows XP
– Installation de serveur Windows avec MDT
– Ajout d’application supplémentaires dans WinPE
– Création de vos propre scripts MDT
– VA 2.0, KMS, MAK et d’autres noms barbares du même genre

Je crois qu’il y aura plus d’un article en plus….